Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

10/09/2007

Les habits neufs du gouverneur

 Porté par la voix du narrateur, le comédien Dieudonné Kabongo, le dernier film en date du cinéaste D. Ngangura Mweze, appartient au genre de la comédie musicale, encore trop exploitée en Afrique. Le spectateur ne manquera pas d’être séduit par la couleur locale ainsi que la poésie qui émanent de cet opus cinématographique qui marque un tournant dans la trajectoire du réalisateur congolais,  soucieux de s’adresser au public locale , à travers cet hommage à la rumba, véritable emblème de la musique congolaise et son ambassadeur dans le monde, tout en s’enracinant dans l’universel.

Les tribulations récentes du Congo et de certains pays africains meurtris par des conflits fratricides se lisent en filigrane. Pour autant, l’universalité n’en est pas absente car D. Ngangura Mweze a eu l’heureuse idée de s’inspirer, très librement, du récit quasi éponyme du danois Hans Christian Andersen (Les Habits neufs de l’empereur).

La transparence du conte du maître danois, sa dimension poétique et allégorique,  n’ont rien perdu  à s’ajuster aux codes de la culture urbaine africaine, et plus particulièrement au contexte kinois, avec ses réalités.

En instillant les sonorités de la rumba  dans sa trame et en moulant des répliques chantées sur des rythmes familiers aux Congolais et à bien d’autres, Ngangura jette un pont entre l’art consensuel et populaire par excellence en République Démocratique du Congo, d’une part, et le cinéma, d’autre part, domaine d’autant peu connu du grand public kinois qu’aucun film n’avait  été tourné depuis quinze ans à Kinshasa. Cet hymne à la rumba est d’autant plus crédible que la distribution du film fait la part belle à toute une brochette de chanteurs et de chanteuse(s)dont le métier est de servir et de perpétuer précisément cette musique qui dans le bonheur comme dans le malheur anime la vie du congolais.

La trame filmique est limpide : dans un pays déchiré par la guerre,deux communautés : les Zerbos et Krowas (allusion à peine voilée aux Serbes et aux Croates ainsi qu’aux convulsions de la défunte fédération de Yougoslavie) s’affrontent dans une guerre fratricide.

Le dernier gouverneur krowa vient de prendre la fuite; un Zerbo, choisi par la multinationale qui a mis le pays en couple réglée le remplace.

Une fois installé au palais, le voila au cœur d’intrigues de courtisans;  et séparé de facto de sa femme, stigmatisée du fait de ses ascendances : c’est une Krowa autant dire une pestiférée. Le chef de la garde prétorienne l’éloignera du palais ainsi que son fils, Petit Prince.

Afin de discréditer le roi auprès d’une population acquise à la discrimination à l’encontre des Krowas, le chef de la garde prétorienne prépare la fête de l’éternelle jeunesse, au cours de laquelle , le roi , sa famille et son fils seront ovationnés par le peuple.

Les préparatifs de cette festivité accaparent la province et plus particulièrement l’artisan tailleur chargé de confectionner des habits cérémoniels pour le gouverneur.

Le chef de la garde escompte mobiliser l’opinion contre le gouverneur, coupable d’avoir gardé sa femme krowa. D’intrigues en coups fourrés, après avoir réussi à éloigner du gouverneur sa femme ainsi que son fils, il introduit une courtisane au palais.

Le tailleur disparu est remplacé par des maroufles qui n’arrivent pas à mettre la main sur le tissu qui convient. Venu le grand jour, le roi est nu devant son peuple rassemblé dans un immense stade. Mais personne ne lui en tient rigueur car il a su gagner les cœurs.L’apparition inespérée du  tailleur, de sa femme et son fils  vont porter la fête à son apothéose.

Fable sur le pouvoir avec ses facettes tragiques et dérisoires, dénonciation du rôle des multinationales qui fabriquent et contrôlent les soubassements économiques des guerres dites tribales, le film de Ngangura prend un intense relief grâce au jeu d’acteurs dont on saluera d’autant plus les performances qu’ils sont des néophytes pour la plupart.Le récit de Andersen s’est mué en réflexion  sur la fragilité du pouvoir usurpé, sur la folie de la guerre et la beauté des gens humbles.

Antoine Tshitungu Kongolo

Antoine Tshitungu Kongolo

04/06/2007

Juju Factory : le dernier film de Balufu Bakupa Kanyinda

Penchés sur les tombes de sept  Congolais morts à Tervuren en 1897, l’écrivain Kongo Congo déclare : « C’est ici que Matonge est né .» Pour autant, le film de Balufu Bakufa Kanyinda doit-il être interprété comme une œuvre de témoignage et de combat ?

Certes le dernier film du réalisateur Congolais est axé sur l’évocation du quartier désormais célèbre de Matonge à Bruxelles. Cependant,ce serait faire bon marché de la richesse de tons et de la diversité de thèmes qui imprègnent la trame de Juju Factory que de l’assimiler ni plus ni moins à une démarche militante.

Quoi de plus universel en effet que de se pencher avec humour et alacrité sur les affres de la création littéraire , incarnée par l’écrivain Kongo Congo attelé à la rédaction de son roman Matonge Village ?

Il est lié par un contrat d’édition à Joseph Désiré, personnage inénarrable,qui se transforme en censeur insupportable dont les exigences tendent à imposer à notre écrivain une écriture « pittoresque ».

Des intrigues secondaires s’entrecroisent , on y découvre la vie de couples au bord de l’explosion.Le frère de Kongo Congo   et son épouse( Muadi), rôle assumée avec beaucoup de conviction et d’humour par Aline Bosomba, finiront par avoir raison de leurs divergences.

Joseph Désiré et sa femme multiplient les malentendus jusqu’à la rupture.Quant à Kongo Congo et à son épouse, Carole Karemera au civil, ils offrent malgré leurs déboires des repères plus stables. Les personnages féminins se téléscopent et forment une galerie non moins contrastée avec ses figures manichéennes ou tout en connivences subtils.

L’épouse de Kongo Congo constitue pour son mari et  pour son frère Kinshasa(Tshilombo Imhotep), frimeur qui se ruine pour des godasses, un port d’attache sinon un  havre de paix.Carole Karemera, comédienne  d’origine rwandaise connue pour sa  participation à de nombreuses créations théâtrales, cinématographiques et chorégraphiques qui ont récolté un succès international, rayonne par son jeu tout en sobriété. Entre elle et la pétulente Alice Bosomba, le contraste est réjouissant.

L’affrontement entre la liberté et le pouvoir est sensible dans Juju Factory.D’un côté Kongo Congo, créateur audacieux, pour qui l’art passe avant la réussite sociale. De l’autre,Joseph Désiré , avatar de l’oppresseur patenté, roublard et retors, en plus d’être un censeur dont les rodomontades tournent au canular.Sa conception de la littérature et celle de Kongo Congo sont antagoniques et pour cause.Les visées commerciales à peine déguisées de Monsieur « l’éditeur délégué » n’ont rien à voir avec l’idéalisme de Kongo  Congo qui,  lui,  entend  marquer son écriture au fer rouge de son vécu et de ses passions.Il incarne le créateur exigeant, poursuivant de manière impérturbable sa démarche créative quitte à essuyer les plâtres d’un quotidien précaire.La pression de ses créanciers concomitante à celle de Joseph Désiré auraient pu avoir raison de son idéal ; c’est tout le contraire car il finira par avoir le dernier mot.

In fine, il va retourner la situation à son avantage et c’est Joseph Desiré, « nègre génétiquement modifié » qui va en prendre pour son grade.Il est rejeté par les financiers qui tiraient les ficelles dans l’ombre.

En effet, ces derniers après avoir pris connaissance des quelques pages du manuscrit de Kongo Congo décident de le publier.

Kongo Congo serait-il le double de Balufu ? Ce dernier est lui même un mordu d’écriture ( il a signé un roman inédit « L’enterrement du cadavre » qui a inspiré son film« Le Damier ») dont les coulées lyriques et le phrasé hallucinatoire donnent une vibration et un relief étonnants aux brouillons de l’écrivain en pleine parturition.

Le patronyme KongoCongo semble n’avoir pas été choisi au hasard, tant il appert que son style

est torrentueux comme le fleuve éponyme et son souffle indomptable.

Son goût pour les images osées ainsi que la sensualité de son écriture font le désespoir de son éditeur, qui l’exhorte à la couleur couleur locale et à l’exotisme, ce à quoi Kongo Congo  se refusera jusqu’au bout,jetant ses phrases comme un trompettiste de jazz, enfilant des mots qui bousculent la bienséance, prenant à rebours les conventions , à coup d’évocations érotiques et au prix de quelques scatologismes. Il gueule sa souffrance, conchie  le papier de ses vomissures.

Nous engouffre dans la nuit  d’un peuple à qui on n’a pas épargné des drames.

Des morts célèbres (P.E. Lumumba) et moins célèbres ( le poète Matala Mukadi Tshiakatumba) hantent le film comme pour témoigner de blessures inguerissables, de leurs marques indélébiles, de souffrances tues , de cadavres placardés dans les tiroirs.

La chaîne de victimes est interminable, des Congolais morts de froid en plein été , à Tervuren, en 1897 ;  à Patrice Eméry Lumumba , le premier ministre assassiné dont le corps fut liquéfié dans des fûts d’acide sulfurique et dont une des dents est exhibée (images d’archives) par un de ses deux bourreaux, chargés de basses œuvres,sans manifester le moindre remords.

Autant des cicatrices qui couturent la mémoire du peuple auquel Kongo Congo  se sent appartenir de toutes ses fibres et dont il se veut le hérault , sur les traces d’un poète martyr dont les extraits sont mis en évidence à dessein , Matala Mukadi Tshiakatumba, auteur de « Réveil dans un nid des flammes »(Paris, Seghers, 1969).

C’est à dessein que Balufu Bakupa Kanyinda saupoudre son film d’extraits de ce  poète congolais , figure de rebelle et chantre de la Tricontinentale, expulsé de Belgique, brièvement exilé en Algérie, emprisonné par le régime Mobutu puis rélégué dans son village natal dans le Kasaï.

C’est à ce combat inachevé que d’une certaine manière Kongo Congo entend donner corps et voix. Il est l’héritier d’une mémoire bléssée, le rejeton d’un peuple qui n’en finit pas de panser ses blessures. Cette incursion du côté des poètes congolais, avec extraits à l’appui , est d’autant moins gratuite que la question du statut de l’écriture oppose violemment l’écrivain et son éditeur

L écriture de Kongo Congo est incantatoire et tissée d’images flamboyantes. Elle  plonge ses racines dans un terreau mémoriel tourmenté ; elle s’engouffre dans la tripaille des souffrances tues, elle laboure les recoins des paroles interdites, du temps des coloniaux comme à l’époque des dictateurs « illuminés ».

Par un étonnant jeu de miroirs se tissent des connivences , pas toujours évidentes à première vue,  du pôle filmique à celui du réel . La  carrière cinématographique de Balufu se double d’une quête d’écriture dont ses scénarios portent la trace.

Lui même fait partie de cette génération qui a emporté dans son exil , collée à ses semelles,  la boue d’une patrie , le Congo.Un exil qui l’a incité à témoigner de son pays et à le mythifier à travers ses films. Sa carrière cinématographique avec son lot de frustrations ( dont le moindre est de ne pas pouvoir depuis trop longtemps déjà tourner dans son pays natal) n’a t’elle pas son répondant dans les obstacles qui se dressent sur la route de Kongo Congo  ?

Joseph Désiré , son éditeur, qui joue les éteignoirs ne rappelle –t-il pas les entraves à la liberté de création qui caractérisèrent l’époque de la dictature ainsi que ses précédents coloniaux ?

Le choix de ce double prénom qui tient lieu de patronyme à part entière n’est pas lui-même dénué de signification.La postulation d’une continuité idéologique et politique entre « le temps  des Flamands » ( la colonisation belge), d’une part, et l’époque Mobutu, d’autre part,est pour le moins plausible.

La scène où l’ont voit Joseph Désiré  aux pieds de la statue équestre de Léopold II ,dressée à la lisière du palais royal à Bruxelles, apporte l’eau à notre moulin. Balufu se réfère à un épisode bien réel : le retour chahuté et sans gloire en métropole du Général Janssens, commandant en chef de La Force publique au Congo belge, après les mutineries de juillet 1960.

« Sire, ils vous l’ont cochonné votre Congo » s’était écrié à brûle pourpoint le Général, prenant à témoin le roi-souverain, fondateur de l’E.I.C.

Ce clin d’œil assassin jette une lumière crue sur la personne de Joseph Désiré au service des desseins paternalistes.

 Son gôut immodéré du « pittoresque » l’inscrit dans une continuité historique, idéologique et comportementale d’essence coloniale dont Joseph Désiré Mobutu, à bien d’égards fut l’incarnation.

Qu’en est-il du jeu des acteurs ? Dieudonné Kabongo habite véritablement le personnage de Kongo Congo.Joseph Désiré , resucée absolument imbuvable de tyrans aux ruses imparables et de leurs manies à censurer la pensée, est incarné de manière époustouflante par Donatien Katik Diong, comédien et metteur en scène, dont c’est la première percée au cinéma. Alice Bosuma offre un jeu tout en malices.Emile abossollo mbo

est pour le moins convaincant dans ses habits de huissier zélé. Les autres acteurs, professionnels ou non, n’ont pas démérité.

Une foule d’acteurs a apporté sa contribution au tournage. Parmi eux , Ken Ndiaye en conteur vagabond qui en fait voir des mûres et des pas vertes aux policiers trop zélés de Matonge (Masuka et Mirko Popovitch), enclins aux contrôles d’identité intempestifs. Il y a aussi, Tshilombo , Musuka, et quelques autres( on me pardonnera les oublis).

Espérons qu’à l’avenir Balufu dont le film a fait salle comble lors de la dernière édition du festival X-taille ( du au avril 2007) à Bruxelles , obtiendra des pouvoirs publics et autres sponsors des budgets conséquents à la mesure de son talent.

Bon vent à Juju Factory !

Antoine Tshitungu Kongolo

Bruxelles

Ecrivain 

 

 

13:15 Publié dans cinémas | Lien permanent | Commentaires (1)