Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Congo - Page 4

  • A l'Espace Matonge: Antoine Tshitungu en débat

    atk_vientparaitre_presencebelgecongo.docatk_vientparaitre_presencebelgecongo.doc 

     

    Communiqué de presse

     

    A l’invitation de Panafrica asbl, Antoine Tshitungu Kongolo, essayiste, poète et homme de culture, sera à l’Espace Matonge, le vendredi 13 mars, à partir de 19 heures 30.

     

    La rencontre sera axée sur son dernier ouvrage « La présence belge dans les lettres congolaises. Modèles culturels et littéraires », qui vient de paraître aux éditions L’Harmattan dans la collection « Etudes africaines » : une véritable somme sur l’ère coloniale et son impact sur les Congolais d’hier et d’aujourd’hui, en amont comme en aval.

    La problématique des modèles auxquels les Congolais ont été soumis est abordée avec érudition et soumise à une analyse implacable dont la fécondité est le gage même d’ une ré-fondation culturelle dont l’avènement ne saurait être éludée.

     Le modérateur de cette soirée est Jean-Pierre Mbelu.

     

    Lieu: espace Matonge, 78 chaussée de Wavre à 1050 Ixelles

    Organisateur : Panafrica asbl

     

     

     

  • La présence belge

    La présence belge dans les lettres congolaises.

    Modèles culturels et littéraires

     

     

    Cet ouvrage qui vient de paraître aux éditions L’Harmattan dans la collection « Etudes africaines », une véritable somme sur l’ère coloniale et son impact sur les Congolais d’hier et d’aujourd’hui, en amont comme en aval.

    La problématique des modèles auxquels les Congolais ont été soumis est abordée avec érudition et soumise à une analyse implacable dont la fécondité est le gage même pour une ré-fondation culturelle dont l’avènement ne saurait être éludé. Le chantier mené par Antoine Tshitungu Kongolo donne l’ampleur de marques coloniales et postcoloniales et de leur démarquage.

    Mimétismes, greffes, résistances et impertinences, autant des phénomènes examinés à la loupe, à travers un siècle et davantage de production textuelle.

    Outre une analyse minutieuse des fondements idéologiques de la colonisation, l’auteur aborde la question de moules de pensée, de leur transfert de la sphère belge à la sphère congolaise, et de transgressions éventuelles que les Congolais leur impriment.

    La démarche s’enrichit d’une comparaison, inédite à ce jour, entre méthodes coloniales britanniques, françaises, portugaises et belges. Cette approche est une contribution précieuse au colonialisme comparé qui a du mal à se mettre en place en raison précisément des lourdeurs idéologiques héritées des empires coloniaux qui ont un impact sur les relations des anciens pays colonisateurs et les pays africains devenus indépendants.

    Cet héritage colonial avec ses mirages est tout aussi prégnant dans le champ délicat des relations entre pays africains.

    L’auteur nous invite à revisiter les sources de malentendus récurrents et profonds entre l’Europe et l’Afrique dont malheureusement l’impact dans le champ de la coopération tend à être minimisé, du moins du point de vue des anciens pays colonisateurs.

    Les regards différenciés sur la coopération d’aujourd’hui entre le continent noir et ses anciens tuteurs sont en effet instructifs quant aux lectures contrastées dont les uns et les autres font des réalités africaines, il en est de même de solutions préconisées qui sont loin d’être consensuelles.

     

    Prix de l’ouvrage : 39,50 € en librairie ; 35 € chez l’auteur. Contact : 0484987760


     

     

     

     

    Lire la suite

  • Mes histoires de cuisine

    L

    es cuisines africaines ne devraient-elles pas se décliner volontiers au pluriel plutôt qu'au singulier ?  Non qu'il faille nier le fonds commun d'un patrimoine culinaire aussi riche que diversifié mais bien au contraire pour contribuer à l'illustration de la pluralité des terrains avec leurs palettes de saveurs, d'odeurs et de couleurs.

    L'utilité d'une telle entreprise s'avère pour le moins évidente sous les latitudes européennes, où le regard sur les "cuisines du monde", et pas seulement africaines, s'aiguise volontiers dès lors qu'il est aguiché par un certain exotisme. Exotisme qui affleure d'ailleurs à même la consonance étrange des noms venus d'ailleurs dont le mérite est de mettre l'eau à la bouche des consommateurs - consummateurs ! - du Nord et ses alentours.

    Lire la suite