Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

18/08/2009

MIJI de Emilie Flore Faignond

La poétesse Emile Flore Faignond ; l'auteur(e) de ce récit foisonnant qu'il me plaît de présenter au lecteur, se contente d'une formule lapidaire -un seul mot- en guise de titre. Et pourtant dès le seuil franchi, l'on se sent comme happé. Tant il est vrai que le vocable " Miji " interpelle aussi bien par sa sonorité que par sa charge connotative.

Il est susceptible de réveiller bien de résonances enfouies au plus profond du lecteur pour peu qu'il ait une connaissance de langues congolaises.

L'intitulé - " Miji " que je traduis par " racines " - sans nul doute est programmatique.

Il évoque l'enracinement et laisse entrevoir en filigrane le déracinement.

Je le comprends pour ma part à plusieurs niveaux ; je lui prête de ce fait plusieurs significations. Il s'agit de prendre racine dans et par la parole, et plus spécifiquement par l'écriture.

Cette écriture est sous-tendue par la volonté d'échapper à l'éphémère.

Antoine Tshitungu Kongolo ( extrait de la préface)

Lire la suite

05/03/2009

La présence belge

La présence belge dans les lettres congolaises.

Modèles culturels et littéraires

 

 

Cet ouvrage qui vient de paraître aux éditions L’Harmattan dans la collection « Etudes africaines », une véritable somme sur l’ère coloniale et son impact sur les Congolais d’hier et d’aujourd’hui, en amont comme en aval.

La problématique des modèles auxquels les Congolais ont été soumis est abordée avec érudition et soumise à une analyse implacable dont la fécondité est le gage même pour une ré-fondation culturelle dont l’avènement ne saurait être éludé. Le chantier mené par Antoine Tshitungu Kongolo donne l’ampleur de marques coloniales et postcoloniales et de leur démarquage.

Mimétismes, greffes, résistances et impertinences, autant des phénomènes examinés à la loupe, à travers un siècle et davantage de production textuelle.

Outre une analyse minutieuse des fondements idéologiques de la colonisation, l’auteur aborde la question de moules de pensée, de leur transfert de la sphère belge à la sphère congolaise, et de transgressions éventuelles que les Congolais leur impriment.

La démarche s’enrichit d’une comparaison, inédite à ce jour, entre méthodes coloniales britanniques, françaises, portugaises et belges. Cette approche est une contribution précieuse au colonialisme comparé qui a du mal à se mettre en place en raison précisément des lourdeurs idéologiques héritées des empires coloniaux qui ont un impact sur les relations des anciens pays colonisateurs et les pays africains devenus indépendants.

Cet héritage colonial avec ses mirages est tout aussi prégnant dans le champ délicat des relations entre pays africains.

L’auteur nous invite à revisiter les sources de malentendus récurrents et profonds entre l’Europe et l’Afrique dont malheureusement l’impact dans le champ de la coopération tend à être minimisé, du moins du point de vue des anciens pays colonisateurs.

Les regards différenciés sur la coopération d’aujourd’hui entre le continent noir et ses anciens tuteurs sont en effet instructifs quant aux lectures contrastées dont les uns et les autres font des réalités africaines, il en est de même de solutions préconisées qui sont loin d’être consensuelles.

 

Prix de l’ouvrage : 39,50 € en librairie ; 35 € chez l’auteur. Contact : 0484987760


 

 

 

 

Lire la suite

07/01/2009

Chazal: Autobiographie spirituelle

Ce texte bref, demeuré inédit, clôture une œuvre immense, protéiforme, éclatée. Ne serait-ce qu’à ce titre, il prend une résonance  des plus singulières. Rédigée cinq ans avant la disparition de Malcolm de Chazal, il a toutes les allures d’un testament spirituel, poétique et littéraire.

Jeanne Goval ARouff,  préfacier inspiré, y voit « un majestueux point d’orgue » à l’œuvre de Chazal dont elle souligne avec insistance « la permanence ».

Lire la suite