Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

07/01/2010

Congo strip: le courrier 2

En Afrique Noire, le Congo détient la palme enviée de pionnier de la bande dessinée puisque les premières réalisations dans ce domaine datent d’il y a 80 ans ou peu s’en faut.Cette primogéniture ne tient nullement du hasard. Bien d’analyses et des témoignages qui ont ponctué la  journée d’étude au KVS, le décembre 2009, en ont fait la démonstration : les Congolais ont été fascinés par l’art des bulles alors même qu’en Europe, il était loin encore d’avoir conquis ses lettres de noblesse. Fascination et appropriation se sont conjuguées au diapason d’une culture où la dimension de participation collective ainsi que la portée éducative de l’art sont considérés comme essentiels.


PB144932.JPG

Je suis d’autant plus heureux d’avoir conçu et réalisé l’exposition Congo Strip qu’elle met en évidence, loin des clichés et des idées reçues, la richesse et la vitalité de la bande dessinée congolaise.

 

Il a fallu grâce à un travail d’équipe rigoureux et à la collaboration de moult partenaires constituer une banque de données numériques sur la BD congolaise, une véritable première.

La journée d’étude du 2 décembre au KVS a permis de réunir scénaristes, dessinateurs et spécialistes de tout poil au KVS.

Son excellence Henri Mova Sakania, l’Ambassadeur de la République Démocratique du Congo à Bruxelles a été l’hôte de marque des organisateurs lors de la soirée de vernissage au Musée de la Vie flamande de Bruxelles où l’exposition Congo Strip est visible jusqu’à la fin du mois de janvier 2010.

A propos de BD congolaise quelques faits méritent d’être soulignés :

 En Afrique Noire, le Congo détient la palme enviée de pionnier de la bande dessinée congolaise puisque les premières réalisations dans ce domaine datent d’il y a 80 ans ou peu s’en faut.

Cette primogéniture ne tient nullement du hasard. Bien d’analyses et des témoignages qui ont ponctué la  journée d’étude au KVS en ont fait la démonstration : les Congolais ont été fascinés par l’art des bulles alors même qu’en Europe, il était loin encore d’avoir conquis ses lettres de noblesse. Fascination et appropriation se sont conjuguées au diapason d’une culture où la dimension de participation collective ainsi que la portée éducative de l’art sont considérés comme essentiels.

Les trajectoires du cinéma et de la bande dessinée ont entretenus des rapports étroits dans un contexte marqués jadis par le contrôle des images et la censure, ce qui n’a pas manqué de rejaillir tant sur l’esthétique que sur les contenus de la bande dessinée congolaise.

 

L’exposition Congo Strip s’adresse à tous ; elle se veut en effet plus didactique qu’érudite ; elle se déploie à la manière d’un panorama riche et varié ; elle déroule par ailleurs le fil chronologique du médium bande dessinée depuis les prémices de l’entre-deux-guerres à ce jour.

Certains visiteurs m’ont dit être surpris par l’engagement des dessinateurs et illustrateurs congolais pour l’émergence, l’ancrage ainsi que la cristallisation de valeurs citoyennes et démocratiques dans leur société. Justice sociale, égalité des sexes, éducation pour tous, bonne gouvernance…autant des thèmes qui traversent la bande dessinée et lui donnent une tonalité et une résonance singulières mais pas seulement.

La forte résonance et la spécificité de la bande dessinée congolaise aujourd’hui résident également dans l’importance primordiale du médium au détriment du support, dans le caractère artisanal de sa production qui loin d’être une faiblesse, constitue la garante même d’une imagination rafraîchissante et d’une impertinence quasi inépuisable a contrario de la surproduction industrielle avec son inclination à assujettir ses normes aux impératifs commerciaux.Congo Strip attend votre visite.

 

Commentaires

Bonjour Antoine,

Vous vous rappelez peut être de moi, nous nous sommes rencontré dans le cadre du Festival de Poésie de la Maison de la poésie et de la langue française de Namur, ils m'avaient envoyée pour vous introduire, ainsi que Jacques Demaude et Catherine Dupuis-Morency au théâtre La Clarencière. C'est avec plaisir que j'ai donc vu votre interview sur TV5 Monde. J'espère pouvoir venir découvrir cette exposition alléchante.
Je lui souhaite tout le succès qu'elle mérite.
Bien à vous,
Delphine

Écrit par : Delphine | 02/01/2010

Bonsoir,
J'ai gardé un excellent souvenir de cette soirée dédiée à la poésie. Je suis ravi de vous lire et je me ferai volontiers votre guide pour une découverte de cette exposition à laquelle TV 5 Monde vient de consacrer un reportage.
Amitiés.
Antoine Tshitungu K.

Écrit par : Tshitungu | 02/01/2010

Les commentaires sont fermés.